• Photo : toula

     

    Juste quelques pixels...

     

    Juste un moment dans la vie...

     

     

     

    Ce matin, j'avais prévu de simplement mettre cette photo, pour une amie qui à qui je l'avais promise.

     

    Mais lorsque je suis venue voir sur mon blogg ce matin, j'ai trouvé çà :

     

     30-03-2007 09:39
     De  SINCERE  Sujet:  Toula
    en venant ici le mot premier qui me vient est dégout! Oui dégout que tu oses proner cette vie là, dégout que tu te montres ainsi! La femme est belle, pourquoi la rabaisse tu ainsi? Et qui plus est du es enceinte! Et tu oses écrire ces choses là en portant la vie! Franchement le dégout est presque un mot trop faible pour qualifier cet univers pronographique que tu mets en avant, cette violence, cette manière de vie totalement débile! Oouvre les yeux, la vie ce n'est pas çà! Ce que tu écris, fait, montre ici est à gerber!

     

     

    Cela faisait un petit moment qu'on m'avait ficher la paix, et ben non, patatra, un éminent anonyme au pseudonyme tout aussi clinquant m'a gratifié de cet étron !

     

    Alors je ne vais pas m'expliquer, pas envie...

     

    Mais tout simplement lui dire qu'il utilise son énergie à de vrais combats et il y en a... Maintenant, s'il parvient à provoquer de maigres érections de sa nouille en vomissant çà chez moi, grand bien lui en fasse, et surtout je lui exprime toute ma pitié pour le vide qui semble emplir sa vie, pour passer son temps sur des blogs tout à fait explicites et les injurier ensuite...

     

    Alors

     

    Oui je suis soumise

    Oui j'aime le sexe

    Oui j'aime ma vie

    Oui j'aime être enceinte

    Et Oui je suis fière de tout çà...

     

    Mr ou Me Sincère je vous adresse mon plus pervers mépris... Et c'est SINCERE !

     


    34 commentaires
  • Photo / toula

     

     

    Prier n'est pas qu'un geste religieux...

     

    Prier c'est aussi penser à quelqu'un et le remercier de tout le bien qu'Il a fait en entrant dans votre vie...

     

    Et je me répète : collier, corset, bas résilles, talons... etc, ne sont que simples mots pour une simple démonstration de ce que l'on doit avoir dans le cœur...

     

     

    Le Maître-mot est sincérité : envers les autres, envers Lui et surtout envers soi-même...

     

     

     

    Et cette photo qui résume le tout... Les artifices ne sont là que pour le décor...

     

     

    La vérité est toujours nue...

     

    Technorati Profile


    23 commentaires
  •  

    La situation aurait pu être cocasse si elle ne lui paraissait pas dramatique...

     

    Elle, assise sur son lit, ordonnée de se tripoter devant cet « inconnu du net » qui avait parfaitement compris qu'elle avait preuve d'une évidente désobéissance...

     

    Lui, droit et fier, inflexible et impressionnant. Elle s'apercevait que le jeu venait de la rattraper, et que la réalité avait pris la place d'honneur dans son fantasme.

     

    Il se leva, elle le regarda... Peut-être avait-elle peur qu'il s'en aille, qu'il disparaisse ? Ceci étant, elle resta pétrifiée. La situation lui avait échappé à un tel point qu'elle avait un mal fou à tenir une réflexion juste.

     

    Il posa les mains sur ses genoux pour se lever...

     

    « Non, s'il Vous plaît... restez, je ferai ce que Vous me demandez »...

    « tu ne dois pas le faire parce que je le demande, mais parce que tu y crois... Une relation D/s n'est pas basée sur un étalage de vêtements fétichistes, de cuirs, de latex, de cravaches, ou de je ne sais quoi d'autre... Elle doit procéder d'une réelle volonté des deux partenaires. Si tu ne crois pas en ta soumission je ne peux rien pour toi... Adieu... »

     

    Maintenant debout, Il allait passer le chambranle de la porte quand il l'entendit derrière Lui...

     

    Elle se tenait debout, et lentement, dégrafa son corset de cuir... elle le laissa tomber à ses chevilles. Descendue de ses talons aiguilles, elle saisit ensuite chacune des jarretières et ôta ses bas résilles. Elle enleva son string de cuir et le jeta sur le côté.

     

    Les yeux tristes, sombres et graves, elle ouvrit son collier et le Lui tendit.

     

    Elle se renversa alors au sol, sur le parquet de la chambre, constellé de ses effets. Elle écarta ses longues jambes et posa ses mains sur son sexe. Fermant les yeux elle saisit son clito entre son pouce et son index et le pinça, aussi fort qu'elle supportait. Elle s'était cambrée et à mesure que le pincement irradiait son ventre, s'enfonça ses autres doigts dans sa chatte. Elle gémissait à chaque soubresaut que lui infligeaient les vagues de plaisir qui la submergeaient.

     

    Elle ondulait du bassin, comme pour venir à la rencontre d'une hypothétique verge, et se contentait d'accélérer sa pénétration en sentant son sexe se contracter... Elle commença à soupirer de plus en plus fort, sa respiration rapide, ponctuée de petits cris, de couinements sans équivoques.

     

    Ses chairs humides et luisantes recevaient toute sa perversité. Elle savait qu'elle se touchait devant lui, devant celui qu'elle voulait avoir pour Maître, et ses doigts mettaient alors encore plus d'ardeur à la besogner.

     

    Des larmes se mirent à couler de son visage, à mesure que l'orgasme prenait le dessus sur sa raison. Pour la première fois de sa vie, le plaisir qu'elle ressentait était fort, intense, ravageur, surpuissant... Et il se termina dans une petite flaque entre ses jambes écartées. Elle respirait à grosses bouffées, au bord de l'évanouissement... Les yeux encore dans le vague...

     

    Elle se mit à quatre pattes, la peau moite, trempée... et vint se mettre à genoux à Ses pieds...

     

    Là, elle leva ses mains jointes vers Lui, comme pour recevoir quelque chose... Elle n'osait pas lever les yeux, trop secouée par ce qui s'était passé...

     

    Il posa le collier à terre, devant elle...

     

    « Je ne peux attacher un collier à une femme qui ne sait pas si elle est vraiment une soumise... toi seule sais si tu peux prendre cette voie, tu t'y es engagée, tu peux reculer ou avancer vers moi...

    Fais-le moi savoir... »

     

    Il tourna les talons et se rendit à la porte d'entrée pour sortir.

     

    Au moment de prendre la poignée, il entendit un « Clic »...

     

    Elle avait remit le collier... Non... « SON » collier...

     

     


    45 commentaires
  •  

     

    L'hésitation l'assaillit, la submergea, s'empara de son corps, de son âme ?

     

    Cet instant ne dura que quelques secondes mais pour elle, il ressembla à une éternité. Une éternité durant laquelle son fantasme lutta contre sa peur...

     

     

    Elle relisait ce qu'elle avait tapée : cette adresse, ce lien qui la relierait réellement à Lui... Pouvait-elle accepter ? Pouvait-elle glisser dans ce monde là, bien au-delà des jeux cérébraux de ses nuits agitées ?

     

    « tu sembles hésiter ma fille... J'ai l'impression que tu es bien muette...

    Serais-tu rattrapée par le démon de ton fantasme ? »

     

    Ce qu'il avait envoyé parut sonner le glas dans sa tête... Elle paniqua et appuya sur Entrée...

     

     

    Elle n'avait pas réfléchi, et réalisa avec difficulté les implications de son geste. Il signifiait que d'un simple jeu sur le net, elle franchissait le cap de la virtualité pour s'engouffrer sur une voie dont elle ne connaissait pas grand-chose au final.

     

    La discussion se conclut sans qu'elle ne s'en rende compte, trop troublée pour réaliser...

     

    Il arriverait d'ici une grosse demie heure, et d'ici là, elle aurait le temps de comprendre son geste et de se mettre en tête le fait qu'elle était en phase de réellement devenir soumise à cet homme qui n'était qu'un pseudo sur un ordinateur.

     

    Elle sentait ses jambes flageoler, son cœur battre la chamade. Sa bouche était sèche et elle sentait son sang cogner dans ses tempes...

     

    Les minutes s'égraineraient et la rapprocheraient de cette rencontre qui allait changer sa vie, ou la ridiculiser... Et si elle n'ouvrait pas ? Et si elle faisait semblant de ne pas se sentir bien ? Et si elle le jeter ? Et si... ?

     

    Elle ne pouvait plus reculer et seule sa fierté la maintenait droite. Elle aurait peut être voulu disparaître, que ceci ne soit jamais arrivé, que le PC ait planté... Mais rien de tout cela ! Il allait arriver.

     

    Elle s'assit sur le bord du lit et pris son visage entre ses mains, essayant de réfléchir, de raisonner. Tentant de trouver une réponse à cet incessant flot de questions qui lui inondaient les pensées.

     

     

    Le timbre de sa sonnette retentit... Encore plus froid et impersonnel que d'habitude.

     

    Elle marcha dans le couloir et se plaça devant la porte d'entrée. Elle s'agenouilla, comme Il le lui avait demandé, croisa ses mains dans son dos, baissa les yeux et dit « Entrez Maître »...

     

    La porte s'ébranla et elle aperçut ses jambes pénétrer le hall.

     

    Il fit quelques pas et se retrouva face à Elle... Sans ajouter quoique ce soit Il lui ordonna de Le mener dans sa chambre.

     

    Apeurée, impressionnée, intimidée... elle s'exécuta sans broncher.

     

    « Maintenant allonge toi sur le lit et montre moi la manière dont tu t'es touchée tout à l'heure, à la place de prendre ce bain d'eau glacée... »

     

    « Mais je Vous jure que... »

    « Tais-toi ! tu sais très bien que tu n'as jamais pris ce bain et que tu es allée te branler en cachette... Ne me prends pas pour un débutant... Je te connais si bien... alors exécute ! »

    « Mais je Vous promets qu... »

     

    Elle reçut une gifle.

     

    « Maintenant fais-le ou je m'en irai »...

     

    D'habitude si sûre d'elle, derrière sa webcam, elle se faisait renfrogner et rabrouer... elle, la fille à l'inarrêtable bagout et au caractère si bien trempé...

     

    Une pulsion, violente naquit en elle...

     

     

     

     

    Ps : Et oui 2,5/3....... Je me suis emballée...

     

     

     


    35 commentaires
  • Photo : http://www.latexlair.com

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p><o:p> </o:p>

    Avec toute sa félinité elle étira ses jambes,

    Ses ongles serrèrent les draps froissés.

    <o:p> </o:p>

    Elle se cambra, projetant son cul en l'air...

    ... Puis fit le dos rond, et regarda son intimité, chaude et moite.

    <o:p> </o:p>

    Elle descendit de son lit, et à quatre pattes parcourut le couloir langoureusement... Lascivement...

    Basculant ses hanches, roulant des épaules... Comme au ralenti...

    Comme une guéparde dans la Savane...

    <o:p> </o:p>

    Elle s'approcha du frigo, rempli son écuelle de lait frais...

    Elle se baissa, comme une chatte lascive...

    <o:p> </o:p>

    Et plongea sa langue dans le blanc liquide nourricier et le lapa...

    <o:p> </o:p>

    Elle aimait ces ordres là... Ses ordres là...

     

     


    21 commentaires