•  

    La situation aurait pu être cocasse si elle ne lui paraissait pas dramatique...

     

    Elle, assise sur son lit, ordonnée de se tripoter devant cet « inconnu du net » qui avait parfaitement compris qu'elle avait preuve d'une évidente désobéissance...

     

    Lui, droit et fier, inflexible et impressionnant. Elle s'apercevait que le jeu venait de la rattraper, et que la réalité avait pris la place d'honneur dans son fantasme.

     

    Il se leva, elle le regarda... Peut-être avait-elle peur qu'il s'en aille, qu'il disparaisse ? Ceci étant, elle resta pétrifiée. La situation lui avait échappé à un tel point qu'elle avait un mal fou à tenir une réflexion juste.

     

    Il posa les mains sur ses genoux pour se lever...

     

    « Non, s'il Vous plaît... restez, je ferai ce que Vous me demandez »...

    « tu ne dois pas le faire parce que je le demande, mais parce que tu y crois... Une relation D/s n'est pas basée sur un étalage de vêtements fétichistes, de cuirs, de latex, de cravaches, ou de je ne sais quoi d'autre... Elle doit procéder d'une réelle volonté des deux partenaires. Si tu ne crois pas en ta soumission je ne peux rien pour toi... Adieu... »

     

    Maintenant debout, Il allait passer le chambranle de la porte quand il l'entendit derrière Lui...

     

    Elle se tenait debout, et lentement, dégrafa son corset de cuir... elle le laissa tomber à ses chevilles. Descendue de ses talons aiguilles, elle saisit ensuite chacune des jarretières et ôta ses bas résilles. Elle enleva son string de cuir et le jeta sur le côté.

     

    Les yeux tristes, sombres et graves, elle ouvrit son collier et le Lui tendit.

     

    Elle se renversa alors au sol, sur le parquet de la chambre, constellé de ses effets. Elle écarta ses longues jambes et posa ses mains sur son sexe. Fermant les yeux elle saisit son clito entre son pouce et son index et le pinça, aussi fort qu'elle supportait. Elle s'était cambrée et à mesure que le pincement irradiait son ventre, s'enfonça ses autres doigts dans sa chatte. Elle gémissait à chaque soubresaut que lui infligeaient les vagues de plaisir qui la submergeaient.

     

    Elle ondulait du bassin, comme pour venir à la rencontre d'une hypothétique verge, et se contentait d'accélérer sa pénétration en sentant son sexe se contracter... Elle commença à soupirer de plus en plus fort, sa respiration rapide, ponctuée de petits cris, de couinements sans équivoques.

     

    Ses chairs humides et luisantes recevaient toute sa perversité. Elle savait qu'elle se touchait devant lui, devant celui qu'elle voulait avoir pour Maître, et ses doigts mettaient alors encore plus d'ardeur à la besogner.

     

    Des larmes se mirent à couler de son visage, à mesure que l'orgasme prenait le dessus sur sa raison. Pour la première fois de sa vie, le plaisir qu'elle ressentait était fort, intense, ravageur, surpuissant... Et il se termina dans une petite flaque entre ses jambes écartées. Elle respirait à grosses bouffées, au bord de l'évanouissement... Les yeux encore dans le vague...

     

    Elle se mit à quatre pattes, la peau moite, trempée... et vint se mettre à genoux à Ses pieds...

     

    Là, elle leva ses mains jointes vers Lui, comme pour recevoir quelque chose... Elle n'osait pas lever les yeux, trop secouée par ce qui s'était passé...

     

    Il posa le collier à terre, devant elle...

     

    « Je ne peux attacher un collier à une femme qui ne sait pas si elle est vraiment une soumise... toi seule sais si tu peux prendre cette voie, tu t'y es engagée, tu peux reculer ou avancer vers moi...

    Fais-le moi savoir... »

     

    Il tourna les talons et se rendit à la porte d'entrée pour sortir.

     

    Au moment de prendre la poignée, il entendit un « Clic »...

     

    Elle avait remit le collier... Non... « SON » collier...

     

     


    45 commentaires
  •  

     

    L'hésitation l'assaillit, la submergea, s'empara de son corps, de son âme ?

     

    Cet instant ne dura que quelques secondes mais pour elle, il ressembla à une éternité. Une éternité durant laquelle son fantasme lutta contre sa peur...

     

     

    Elle relisait ce qu'elle avait tapée : cette adresse, ce lien qui la relierait réellement à Lui... Pouvait-elle accepter ? Pouvait-elle glisser dans ce monde là, bien au-delà des jeux cérébraux de ses nuits agitées ?

     

    « tu sembles hésiter ma fille... J'ai l'impression que tu es bien muette...

    Serais-tu rattrapée par le démon de ton fantasme ? »

     

    Ce qu'il avait envoyé parut sonner le glas dans sa tête... Elle paniqua et appuya sur Entrée...

     

     

    Elle n'avait pas réfléchi, et réalisa avec difficulté les implications de son geste. Il signifiait que d'un simple jeu sur le net, elle franchissait le cap de la virtualité pour s'engouffrer sur une voie dont elle ne connaissait pas grand-chose au final.

     

    La discussion se conclut sans qu'elle ne s'en rende compte, trop troublée pour réaliser...

     

    Il arriverait d'ici une grosse demie heure, et d'ici là, elle aurait le temps de comprendre son geste et de se mettre en tête le fait qu'elle était en phase de réellement devenir soumise à cet homme qui n'était qu'un pseudo sur un ordinateur.

     

    Elle sentait ses jambes flageoler, son cœur battre la chamade. Sa bouche était sèche et elle sentait son sang cogner dans ses tempes...

     

    Les minutes s'égraineraient et la rapprocheraient de cette rencontre qui allait changer sa vie, ou la ridiculiser... Et si elle n'ouvrait pas ? Et si elle faisait semblant de ne pas se sentir bien ? Et si elle le jeter ? Et si... ?

     

    Elle ne pouvait plus reculer et seule sa fierté la maintenait droite. Elle aurait peut être voulu disparaître, que ceci ne soit jamais arrivé, que le PC ait planté... Mais rien de tout cela ! Il allait arriver.

     

    Elle s'assit sur le bord du lit et pris son visage entre ses mains, essayant de réfléchir, de raisonner. Tentant de trouver une réponse à cet incessant flot de questions qui lui inondaient les pensées.

     

     

    Le timbre de sa sonnette retentit... Encore plus froid et impersonnel que d'habitude.

     

    Elle marcha dans le couloir et se plaça devant la porte d'entrée. Elle s'agenouilla, comme Il le lui avait demandé, croisa ses mains dans son dos, baissa les yeux et dit « Entrez Maître »...

     

    La porte s'ébranla et elle aperçut ses jambes pénétrer le hall.

     

    Il fit quelques pas et se retrouva face à Elle... Sans ajouter quoique ce soit Il lui ordonna de Le mener dans sa chambre.

     

    Apeurée, impressionnée, intimidée... elle s'exécuta sans broncher.

     

    « Maintenant allonge toi sur le lit et montre moi la manière dont tu t'es touchée tout à l'heure, à la place de prendre ce bain d'eau glacée... »

     

    « Mais je Vous jure que... »

    « Tais-toi ! tu sais très bien que tu n'as jamais pris ce bain et que tu es allée te branler en cachette... Ne me prends pas pour un débutant... Je te connais si bien... alors exécute ! »

    « Mais je Vous promets qu... »

     

    Elle reçut une gifle.

     

    « Maintenant fais-le ou je m'en irai »...

     

    D'habitude si sûre d'elle, derrière sa webcam, elle se faisait renfrogner et rabrouer... elle, la fille à l'inarrêtable bagout et au caractère si bien trempé...

     

    Une pulsion, violente naquit en elle...

     

     

     

     

    Ps : Et oui 2,5/3....... Je me suis emballée...

     

     

     


    35 commentaires
  •  

    Elle était à Ses ordres, tout du moins c'est l'impression que tout un chacun aurait eu.

     

    Chaque fois qu'Il lui demandait de changer de posture, de position, elle s'exécutait, obéissante et dévouée. Elle s'appliquait à faire tout ce qu'Il lui ordonnait.

     

    Elle revint devant l'écran avec une corde, et sous Ses instructions, se lia les seins. La corde serrée, mais pas trop quand même... Elle sentait le désir monter en elle à mesure qu'elle se voyait dans la petite fenêtre MSN, elle s'exhibait à elle-même.

     

    Un mignon petit bondage, qui rendait sa poitrine si arrogante... Et elle en usait, en abusait.

     

    Puis, elle fixa ces petites pinces au bout de ses piercings, de petites pinces avec de petits poids. Une aigue sensation lui tirailla la poitrine. Elle s'excitait toute seule à se regarder ainsi... Et s'imaginait dans quel état Il devait être Lui... De l'autre côté de ce câble.

     

    Elle n'avait qu'une envie, se toucher, se passer la main et vérifier, enfoncer ses doigts en elle, se parer de sa propre mouille... Mais devant Lui elle ne pouvait pas, c'était Lui qui décidait.

     

    Elle devenait folle d'excitation, et encore plus lorsqu'elle lisait Ses phrases... « tu es une belle chienne obéissante », « c'est bien, pince toi les tétons plus fort », « montre moi que tu peux souffrir pour moi »... Elle s'exécutait à chaque fois, et ne comptait que sur l'entrelacement des lignes de la webcam pour « tricher » un peu, pincer moins fort, serrer moins fort... Mais au bout du compte elle s'abandonnait malgré tout...

     

    « Je dois m'absenter 10 petites minutes » Lui dit-il, « va prendre un bain froid, tu entendras mon retour sur le PC »...

     

    Elle Le remercia, appuyant visuellement d'un hochement de la tête le « Merci Maître » qu'elle avait écrit.

     

    Devant la salle de bain, elle bifurqua et se jeta sur son lit...

     

    Allongée elle plongea ses mains entre ses jambes et pinça son clito... Et entre ses râles, elle se criait des insultes « je suis une pute... », « ouai, j'aime çà... »... elle se complaisait dans cette soudaine vulgarité, et s'en servait... Ses doigts la fouillait, elle se masturbait comme jamais, sans doute excitait par cette séance de webcam, par les habits qu'elle portait, elle n'avait jamais ressenti çà. Et pourtant être soumise ne procédait pas de la vulgarité, mais ça l'excitait.

     

    Et elle adorait... Sa chatte offerte à ses doigts, son cul se projetant en avant vulgairement à mesure qu'elle se pénétrait. Elle ne se serait pas reconnue tant elle jouait de sa perversité refoulée...

     

    Soudain, la sonnerie de MSN... Elle courut à son bureau, après s'être aspergée d'eau tiède et en ayant ôté ses talons aiguilles, ses bas et son corset dans le couloir.

     

    Devant la Webcam, elle se remit en position et remercia Son Maître pour le bain glacé...

     

    « Je suis fier de toi, et je vais te le prouver... »

     

    « Je viens de me libérer d'un rdv cette après midi, et je vais venir prendre possession de toi, tu m'as convaincu de ta motivation »...

     

    Elle sembla se figer, comme si dans sa tête, le fantasme qu'elle vivait depuis quelques semaines, et qui s'était amplifié aujourd'hui allait trouver son aboutissement...

     

    Mais, alors qu'elle n'aurait qu'à lui donner son adresse, elle vacilla...

     

    Etait-ce vraiment ce qu'elle voulait, après tout, ne s'était-elle pas cachée devant une façade d'obéissance et de dévotion pour simplement vivre un fantasme... ?

     

    Elle avait tapé son adresse d'un trait, mais pourrait-elle appuyer sur « Entrée » ?

     

    Elle pouvait lui donner une adresse bidon et tout oublier... Ou jouer le jeu...

     

    Mais ce jeu semblait bien plus sérieux qu'un simple jeu de rôle...

     

    Elle vacilla...

     

     


    22 commentaires
  • Elle avait fait des folies... Faisant fi des quelques euros de son compte en banque...

     

    Elle avait parcouru les allées de Demonia et avait tout misé sur ce qu'elle Lui offrirait au travers de sa webcam.

     

    Chez elle, blottie dans son douillet appartement, elle s'était préparée, longuement, consciencieusement, avec un plaisir immense et presque pervers...

     

    Sa peau satinée et huilée,  son sexe épilé avec le plus grand soin. Un maquillage sombre soulignant ses pommettes saillantes, un rouge à lèvre foncé pour que ses lèvres invitent aux envies les plus dissolues, un collier tout neuf, encore brillant et immaculé...

     

    Elle avait mis ce corset et s'était débrouillée pour accoucher d'une taille de guêpe entre une poitrine généreuse et un cul rebondi à faire pâlir les nanas des clips qu'elle regardait sur mcm...

     

    Ses longues jambes magnifiées par cette résille noire et large, juchée sur les plus hauts talons dans lesquels elle avait réussi à déambuler dans la boutique, si loin des baskets abandonnées dans la couloir.

     

    Elle avait pris soin de couper toutes les lumières, et allumé des dizaines de bougies çà et là, et principalement sur son bureau, afin de s'éclairer. Elle avait même paramétré la webcam avec l'éclairage ondulant des bougies...

     

    Tout était prêt.

     

     

    En train de boire un verre d'eau dans la cuisine elle entendit le son caractéristique des conversations sur MSN et trottina jusqu'au bureau, l'entrejambe déjà en émoi...

     

    Elle s'agenouilla, comme il était convenu... Les chevilles croisées. Elle prit la cravache achetée du matin entre ses dents, ses lèvres la touchant comme un sexe qu'elle caresserait. Et le temps d'accepter la demande de webcam, mit ses mains le dos, et baissa les yeux, juste assez pour regarder les phrases qui s'inscriraient sur la fenêtre.

     

    Il avait l'air content d'elle... Cela dit, elle avait respecté ses instructions à la lettre, comme à l'accoutumée depuis les quelques semaines qu'ils dialoguaient.

     

    Ses seins comprimés dans le corset, projetant cette chair indécente narguaient la webcam de leur opulence, elle savait qu'elle Lui ferait de l'effet...

     

     Depuis des semaines, devant l'œil électronique elle exécutait chacun de Ses ordres avec excitation...

     

    Peut être même avec plus d'excitation que de dévotion... Et ceci la trahirait peut être...

     

    En aurait-elle oublié l'essentiel ?


    46 commentaires
  •  

    Elle se pencha alors à nouveau près de son oreille et lui dit...

     

    « Tu m'appartiens... Pour une minute, une seconde... Mais tu es à moi... »

     

    Elle sentit ce souffle chaud dans son cou, chantant ces paroles douces et si perverses...

     

    Ce soir, toutes les règles qu'elle avait toujours suivies étaient transgressées, plus aucun interdit ne semblait lui barrait la route de ces plaisirs qu'elle n'avait jamais connus.

     

    Son amie, la retourna sur le ventre, et comme pour acquiescer, elle releva sa croupe, cambrant ses reins, exhibant prétentieusement ce petit cul qu'elle masquait trop souvent. Et son amie de venir coller son ventre contre lui, elle se frottait vicieusement, ondulant comme si elle avait eu un sexe d'homme à l'orée de cette chatte offerte.

     

    Elle lui embrassait toujours le cou, jouant de ses seins sur le dos couvert de soie, se pressant sur le tissu. Elle ne tarda d'ailleurs pas à le relever, afin de goûter à cette peau dont elle avait rêvé. Elle posa ses lèvres, et la dévora, mordant la peau entre ses épaules et...

     

    ... Plantant ses ongles, griffa ce dos nu et vierge. Elle frissonna, ne sentant pas la douleur qui aurait dû la faire sursauter. Bien au contraire, elle accompagna ce geste d'un petit râle, d'un ronronnement de chatte excitée...

     

    Les ongles se bloquèrent au bas de son dos, juste avant la naissance de ses fesses charnues...

     

     

    Et comme après avoir repris sa respiration, elle la fessa sèchement. Une fessée franche et nette qui fit rougir le popotin encore pâle... Elle gémit plus fort, un cri duquel on n'aurait pu dire s'il procédait de la douleur ou du plaisir. Toujours était-il qu'elle remontait sa croupe, comme pour en redemander...

     

    Et elle eut gain de cause, puisque son cul se mit à rougir au gré des claques qu'il recevait.

     

    Elle n'en pouvait plus, elle sentait con corps s'abandonner, son sexe s'abandonner...

     

    Encore retournée, la respiration rapide et haletante, Les yeux mi-clos...

     

    Son amie, se jeta enfin sur ses seins, les couvrant de baisers, de caresses, de mordillements, de morsures, de pincements.

     

    Et si jamais elle n'aurait pensé ressentir de telles choses en se faisant un peu malmener, elle n'en revenait pas de découvrir tant de nouvelles sensations, tant de plaisirs insoupçonnés...

     

    Son amie prenait, quant à elle, plaisir à l'initier à d'autres gestes, d'autres attitudes... Et je ne crois pas me tromper en disant que toutes les deux franchissaient un cap dans leur sexualité propre...

     

    L'une assouvissait son fantasme, l'autre se découvrait une seconde nature...

     

    Soudain, elle se tendit, ses bras se raidirent, sa peau devint chair de poule en une fraction de seconde, tout se corps s'arrêta... Pour ne lui laisser pour seule sensation un foudroyant orgasme... En tout cas, c'est le nom qui lui vint de suite à l'esprit... Car jamais elle n'avait connu pareil séisme... Le clito serré entre les doigts de son ami, étreint par cet infernal étau, elle avait basculé encore plus bas... Dans un abîmes de plaisir. Son corps tout entier couvert de sueur, les tétons dressés, le souffle coupé et un petit ruissellement qu'elle ne pu contrôler... Un intime ruissellement qui vint inonder jusqu'à ses fesses...

     

    Et si la douleur la ramena à la réalité, elle comprit qui elle était peut être...

     

     


    41 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique